Département
Aube

Avec ses paysages stupéfiants, le département de l'Aube (10) a su concilier ses étendues naturelles avec un immobilier mixte, rural dans les petites communes et urbain dans les grandes villes du département telles que Troyes, Nogent-sur-Seine et Bar-sur-Aube.

Préfecture de l'Aube (10), Troyes fait partie des communes les moins chères à proximité de Paris. Longtemps boudée pour ses anciennes friches industrielles, cette commune se métamorphose progressivement et met en avant ses qualités historiques et architecturales. Avec des prix au mètre carré très peu coûteux depuis de nombreuses années, Troyes a néanmoins subi une hausse de son marché immobilier depuis le début des années 2000, profitant à l'ensemble des quartiers.

La flambée des prix a fait place peu à peu au ralentissement des transactions et à l'accalmie des acquéreurs qui ne peuvent plus accéder à la propriété avec les prix de vente constatés. Il faut aussi préciser que les revenus de ses habitants sont bien inférieurs à la moyenne nationale et que donc les acquéreurs potentiels disposent d'un budget restreint pour l'achat de leurs logements. Le tassement des prix est constatable notamment dans l'immobilier haut de gamme pour les belles demeures bourgeoises et les grands appartements familiaux, alors que le marché des maisons anciennes en périphérie de la ville explose d'après les dires des agences immobilières.

La municipalité de Troyes s'implique d'avantage dans la réhabilitation du patrimoine de la ville : son optique d'aménagement urbain amélioré permet la mise en place de nouvelles dessertes, d'espaces verts ainsi que la rénovation d'anciennes friches industrielles. C'est notamment en centre ville que la mairie a renforcé ses projets de restauration pour qu'il retrouve son aspect authentique : chaque année, des dizaines de logements sont rafraîchis et certaines façades sont ravalées.

Les quartiers de Troyes :

Le parc immobilier de l'hyper centre est constitué majoritairement d'habitats anciens mais malheureusement, peu de programmes immobiliers voient le jour dû au manque de foncier. Les transactions les plus courantes s'organisent sur les petites superficies, telles que les studios ou 2 pièces, alors que les grands appartements (T4/T5) restent bien souvent longtemps dans les vitrines des agences immobilières. Ceci s'explique par un recul des familles vers la périphérie où les habitations sont plus spacieuses et ou les contraintes, notamment liées au stationnement et à la circulation, sont moins nombreuses.

Dans les quartiers Voltaire, Rothier et celui de la gare, situés à proximité du centre, on trouve de grandes demeures de 150 à 300 m² avec de spacieux jardins. Le secteur de la rue de la Paix est le plus cher de la ville avec ses belles demeures agrémentées de grands terrains. Les acquéreurs peuvent aussi dénicher des maisons de ville ou des pavillons moins onéreux dans les secteurs Diderot et Delaunay. Le quartier de la Moline offre majoritairement des maisons années 50 à 70 ainsi que des villas récentes et dispose d'un emplacement stratégique entre centre ville et autoroutes, permettant aux résidents de se déplacer facilement.

La périphérie Troyenne :

Les futurs propriétaires de maisons anciennes doivent se tourner vers la périphérie de la ville pour trouver leur logement. Alors que le foncier devient de plus en plus rare à Troyes, les clients à la recherche d'un terrain à bâtir se tournent vers la première et la deuxième couronne : la conséquence est bien évidemment la hausse des prix des terrains. Les communes à l'ouest telles que Saint-André-les-Vergers, Sainte-Savine et La Rivière-de-Corps sont les plus convoitées.

Les constructions neuves et la réhabilitation des anciennes usines :

Avec une nette augmentation des lotissements neufs et des ZAC, Troyes et ses environs proposent un habitat neuf autant pour les propriétaires résidents que pour les investisseurs. Longtemps oubliées par les habitants de Troyes ainsi que de la part de ses élus, les anciennes usines de textile et de filatures, symboles d'un passé industriel très présent, sont aujourd'hui réaménagées par des acquéreurs à la recherche de beaux volumes et de modernité. Ces lofts permettent de laisser libre cours à leur créativité pour créer leurs propres logements avec une architecture originale. Les plus grandes friches sont convoitées par les promoteurs immobiliers pour y construire des collectifs, en mêlant cachet ancien et urbanisme moderne. Même si les coûts des travaux sont conséquents, les éléments de construction anciens sont de bonne qualité et apportent une authenticité très prisée par les acquéreurs contemporains.

Le marché locatif :

Avec un nombre d'étudiants grandissant d'années en années, le marché locatif du département se porte bien. Le roulement des étudiants permet aux investisseurs de trouver facilement un locataire pour leurs logements. Les habitats les plus prisés sont les petites superficies, proches des établissements supérieurs et offrant un loyer abordable.