Département
Doubs

Préfecture du Doubs (25), Besançon est une ville mêlant monuments historiques et espaces verts. Son parc immobilier est composé majoritairement d'immeubles collectifs anciens de quelques étages, tandis que les maisons individuelles sont peu nombreuses.

L'hyper centre de Besançon :

La Boucle est le cœur historique de la ville. L'architecture y est splendide, notamment pour les grands immeubles bourgeois avec façades en pierre de Chailluz. L'environnement unique que propose l'hyper centre de Besançon a cependant un coût : les prix au mètre carré sont les plus élevés de la ville. La demande des acquéreurs est soutenue mais l'offre est rare, notamment pour les biens immobiliers de prestige. L'essentiel des transactions se fait par relationnel et bien souvent, les agences immobilières du secteur ne sont même pas informées de la vente de certains biens immobiliers. Le manque de foncier permet la construction d'un nombre restreint de programmes immobiliers neufs.

Les autres quartiers :

En périphérie de la Boucle, on trouve les quartiers de La Butte, Battant, Les Chaprais et Bregille. Les acquéreurs ciblent majoritairement ces quartiers proches de l'hyper centre où l'environnement est charmant. Les villas y sont rares et se négocient donc à la hausse. Chapraix fait preuve d'une grande mixité sociale avec la présence de retraités ainsi que de primo-accédants. Battant, quant à elle, séduit les étudiants en quête d'une vie nocturne.

Les quartiers à l'ouest de La Boucle disposent d'un urbanisme moins chargé et grand nombre de famille y résident. A noter que la mairie va dégeler un certain nombre de terrains à bâtir afin d'implanter de nouvelles ZAC (Zone d'Aménagement Concerté). Sur les hauteurs de Montboucons, Montrapon et Tilleroyes, les acquéreurs peuvent se diriger vers des pavillons avec jardins ou bien même des appartements dans des collectifs de toutes tailles. Le quartier de Saint-Claude connaît un engouement grandissant des acheteurs et des locataires depuis quelques années, de part sa bonne desserte et son stationnement aisé. Depuis les années 2000, Palente subit un grand lifting avec la réhabilitation de centaines de logements, ainsi que la destruction et reconstruction de quelques immeubles.

Planoise est constitué d'environ 70% de logements sociaux. Comme dans la majorité des grandes agglomérations, certains grands immeubles HLM sont détruits au profit de plus petits. Avec l'arrivée massive de nouveaux résidents, la municipalité de Besançon s'est longuement penchée sur le problème du logement dans la ville : elle a convenu d'instaurer des quartiers mixtes et non plus des secteurs comme la Planoise où les foyers modestes sont regroupés. Il faut aussi noter qu'il y a dans cette ville une forte proportion de logements sociaux, bien supérieure à celle exigée par la loi SRU.

Les communes périphériques :

Les agents immobiliers de Besançon s'accordent à dire que le nombre de transactions immobilières au centre a diminué tandis que celui de la périphérie a fortement augmenté. Ceci s'explique bien évidemment par le manque de foncier et la hausse des prix de vente des logements. A l'ouest de Besançon, on découvre des communes où les prix de vente des logements peuvent atteindre, voire bien même dépasser, ceux du centre ville. Les secteurs est et sud sont les moins convoités alors qu'il y a encore de belles opportunités pour acquérir des pavillons années 60 et 70 a des prix raisonnables.

La défiscalisation dans le Doubs :

Le foncier encore accessible dont dispose Besançon attire promoteurs et investisseurs de la France entière. La spéculation inflationniste s'est emparée de la ville et, résidents locaux et investisseurs doivent se partager le gâteau. Il est vrai que Besançon dispose d'une bonne rentabilité locative en comparaison aux communes de même taille. Concernant le marché locatif, la rareté des biens à la location contribue à la hausse des loyers qui atteignent des sommets, notamment aux Tilleroyes où ils sont les plus coûteux.