Département
Haute-Savoie

Moins huppées que celle de Savoie, les stations de ski de la Haute Savoie (74) attirent aussi une clientèle fortunée à la recherche de chalets de haut standing. Avec un marché immobilier souvent hors norme, Megève est la station chic du département. Il faut compter une fourchette de prix de 10000 à 16000 euros le mètre carré pour se loger.

Les prix de l'immobilier ont flambé depuis quelques années avec la massive arrivée d'étrangers prêts à acheter une résidence secondaire à n'importe quel prix. La demande des acquéreurs concerne en majorité de grandes surfaces, appartements de trois ou quatre pièces, impliquant une difficulté pour vendre les petites superficies. Les agents immobiliers de la région s'accordent à dire que l'immobilier de montagne est un marché parallèle : la plupart des transactions concernent l'immobilier de loisir avec l'achat d'une habitation secondaire ou des investissements avec défiscalisation.

Les studios cabines, très en vogue il y a quelques années, ne sont plus appréciés par les touristes, qui contraignent le parc immobilier à se diversifier. Les promoteurs satisfont cette demande en proposant des appartements plus grands et plus confortables. La Haute Savoie a su merveilleusement concilier habitat neuf avec conservation du patrimoine existant. Les chalets très typiques, avec une toiture à deux versants de faible pente et une façade principale orientée vers le sud pour capter le maximum de soleil, côtoient les programmes immobiliers flambants neufs.

Les autres stations du département 74 :

Plus authentique, Chamonix connaît une stabilisation de son marché, mais les prix restent quand même excessifs : il faut compter 500 000 euros pour un petit chalet en bas de la station et plus de 4 millions d'euros pour un chalet de grande superficie si celui-ci est face au Mont Blanc. Les acquéreurs qui ne trouvent pas leur logement à Chamonix s'orientent vers les stations des Houches, les Gets, Morzine et Avoriaz, plus abordables. Avoriaz s'est développé à la fin des années 60 avec le lancement de résidences touristiques par le promoteur Gérard Brémond, aujourd'hui président du groupe Pierre et Vacances. A ce jour, une multitude d'hôtels et de résidences hôtelières se sont implantées dans la station.

Annecy et ses communes limitrophes :

Annecy voit elle aussi ses prix flamber. Poussés vers la périphérie, les budgets modestes doivent s'éloigner du centre ville pour trouver une villa ou un appartement à des prix raisonnables. Le rectangle d'or d'Annecy compte les plus beaux habitats de l'agglomération, notamment sur la rive est, avec de magnifiques maisons anciennes et contemporaines. Le centre ville regorge de biens immobiliers de tous types : de beaux duplex ou triplex mais aussi des appartements ou maisons de ville en mauvais état.

La difficulté à Annecy pour les agents immobiliers est de trouver des logements à la vente pour les proposer ensuite dans leur agence immobilière : en effet, les produits se font rares et ceux qui sont rénovés sont vendus assez rapidement. L'engouement des Suisses provoque aussi un essoufflement du marché. En effet, proches de la frontière, les Suisses viennent se loger entre autre à Annecy, mais aussi à Annemasse, à Bonne, à Thonon et à Evian. Leur fort pouvoir d'achat avec des salaires élevés et des crédits immobiliers à des taux avantageux font d'eux les privilégiés pour acquérir dans l'agglomération annecienne.

Les programmes immobiliers neufs s'expatrient dans les communes voisines entraînant avec eux les foyers modestes qui viennent s'installer dans la deuxième ou troisième couronne. Comme les prix de l'ancien sont sensiblement les mêmes que ceux du neuf à certaines périodes, l'engouement pour les immeubles et les lotissements récents sont d'actualité. Le marché locatif stagne, notamment pour les grands appartements qui se louent difficilement. Cependant, les prix restent très élevés et une majorité des foyers optent pour l'accession à la propriété.