Département
Ille-et-Vilaine

Ville jeune et dynamique, Rennes tâche de répondre à l'augmentation démographique dont elle fait face depuis plusieurs années. La demande croissante de logements essaie d'être satisfaite par le développement de zones habitables dans les communes de la première couronne et dans le réapprovisionnement en habitats du centre ville. Les logements récents sont les plus sollicités contrairement aux appartements années 60 ou 70, notamment depuis l'entrée en vigueur du diagnostic de performance énergétique.

Avec un marché immobilier davantage complexe, les futurs acquéreurs se tournent vers les agences immobilières pour être conseillés et accompagnés dans leurs démarches. Les négociateurs immobiliers peuvent estimer rapidement la valeur du bien et donner un jugement sur son prix de vente quant au marché actuel. Il est vrai qu'avec une hausse des prix spectaculaire dont l'immobilier fait face actuellement dans le département de l'Ille et Vilaine (35), il faut privilégier la qualité de la construction et la localisation plutôt que le coup de cœur.

La municipalité approvisionne le marché local avec l'implantation de plusieurs zones d'aménagements concertées à Rennes et en périphérie. Ces collectifs contribuent à la mixité sociale en regroupant des investisseurs à la recherche d'avantages fiscaux, des logements sociaux et des propriétaires occupants. La pénurie de logements dans le centre de l'agglomération contribue au débordement sur la périphérie, notamment en première couronne où les prix au mètre carré peuvent même parfois dépasser ceux du centre de Rennes. La carence en habitats neufs dans le centre ville est due notamment à la cherté du foncier et à l'augmentation des coûts des constructions auxquelles doivent faire face les promoteurs.

Rennes, quartier par quartier :

L'hyper centre dispose de peu d'offres de maisons contrairement à la demande grandissante. La cible type est la maison individuelle de moyenne superficie avec un petit jardin. C'est aux environs du parc Thabor que les foyers les plus fortunés se logent, le plus souvent dans des maisons ou appartements de grande taille.

Dans les quartiers de Baud Chardonnet et Alphonse Guerrin, les friches industrielles et les anciennes entreprises ont fait place à un nouveau projet urbain avec la construction de logements, de bureaux et de commerces. Au nord ouest de l'agglomération, Beauregard propose des prix abordables avec des appartements neufs accessibles aux primo-accédants. Cleunay est le quartier le moins cher de Rennes : il dispose de grands immeubles années 60, de quelques pavillons années 30 et 50 et de constructions récentes.

Les alentours de Rennes :

Dans la première couronne, les biens immobiliers des communes de Saint-Grégoire et de Cesson Sévigné ont des prix de vente comparables à ceux du centre de Rennes. Les acquéreurs disposent de belles demeures contemporaines avec de spacieux terrains. Dans la deuxième couronne, la rénovation de l'ancien se fait rare et la clientèle s'oriente d'avantage vers les constructions neuves. Pour dénicher les rares affaires, il faut se tourner vers des communes plus éloignées telles que Fougères ou Sens de Bretagne par exemple.

Le littoral :

En bord de mer, nombreux sont les acheteurs à la recherche d'une résidence secondaire, la plupart du temps ce sont des parisiens souhaitant se loger dans une maison bretonne typique avec sa façade en granit et ses volets bleus, dans une fermette ou une maison de pécheur. Mais dans ce secteur, il faut savoir se décider vite car l'offre est rare et les transactions sont très rapides. Avec l'arrivée du TGV, Saint-Malo a vu le prix de ses villas augmenter en flèche. Les habitations avec vue sur mer atteignent des prix hallucinants et les locaux doivent s'éloigner petit à petit du littoral pour s'installer. Dinard, quant à elle, est une ville plus familiale ou les transactions se font de génération en génération.