Département
Pyrénées-Atlantiques

Le fort pouvoir d'attraction des Pyrénées Atlantiques (64), exercé par son littoral sauvage et son arrière pays pittoresque, ne cesse de séduire les propriétaires de résidences secondaires et les investisseurs en quête d'une défiscalisation avantageuse dans cette région touristique. Ce sont en majorité des retraités et des Espagnols tentant d'échapper à un marché immobilier 30% plus cher qui viennent se loger dans le pays basque.

La demande de biens immobiliers en pleine croissance et le nombre de logements insuffisant provoquent une hausse des prix, si bien que certains acquéreurs sont contraints à se rabattre dans l'arrière pays. Ce marché immobilier en plein essor attire les spéculateurs visant l'obtention d'une plus value confortable, souvent plus intéressante que la rentabilité locative. En bord de mer, les rares habitations à louer sont donc destinées à la location saisonnière, qui leur permet en quelques mois durant la période estivale, d'obtenir des loyers alléchants : le marché locatif n'est donc pas destiné aux locaux.

Le manque de construction à la fin du 20ème siècle n'a fait qu'accroître la pénurie de logements du département et rend la recherche de leur résidence principale très délicate. Les agences immobilières du département se chargeront de vous proposer des habitats en fonction de vos critères : jardin, terrasse, vue sur la mer, ascenseur, …

Pau, de plus en plus séduisante :

La politique d'urbanisme de la ville de Pau commence tout doucement à porter ses fruits avec notamment la réhabilitation d'immeubles vétustes du centre ville. Il est vrai qu'avec une chute constante du nombre d'habitants du centre pendant les années 90, le marché immobilier de Pau déclinait peu à peu, notamment dû à l'insuffisance de terrains à bâtir et à l'onéreuse taxe foncière. En 1998, la municipalité a mis en place une politique de conservation et de restauration du parc immobilier.

De nos jours, la ville est confrontée à une demande de primo-accesseurs, d'investisseurs locatifs et d'étrangers de plus en plus nombreux. L'excessivité des prix des demeures dans le Lot, la Dordogne et le Gers implique un retour des Anglais dans les Pyrénées Atlantiques (64). Ils recherchent des fermes ou des maisons de caractère avec des jardins spacieux. Leurs budgets confortables provoquent une élévation des prix du marché et les foyers modestes doivent reculer plus loin de l'agglomération, à Mourenx ou Oloron-Sainte-Marie par exemple.

Les appartements du centre sont de petites surfaces, majoritairement des T2 ou T3, souvent à rafraîchir. Le problème subsistant reste la rareté des garages fermés et la difficulté de stationnement pour les riverains. En quittant l'hyper centre, on découvre des collectifs de petites et grandes tailles ainsi que des villas basques.

Bayonne :

Capitale du pays basque, Bayonne entretient elle aussi son patrimoine. Le quartier des Arènes est le plus huppé de la ville avec ses résidences grand standing et ses villas années 30. Elle fait partie des villes à haut pourcentage de logements sociaux, 27% exactement alors que la loi SRU n'en prévoit que 20%.

Biarritz, la capitale du surf :

La plupart des acquéreurs se dirigeant vers Biarritz recherchent des biens de charme, avec un budget cossu. En bord de mer, les prix au mètre carré doublent et c'est ici que l'on trouve les demeures et appartements les plus haut de gamme. Le centre ville et le quartier Saint-Charles sont très prisés tandis que le quartier du Parc d'Hiver dispose de villas Art Déco plus abordables.

A Biarritz, les prix de l'ancien sont quasiment ceux du neuf dû à la rareté des produits immobiliers. Avec des prix légèrement plus élevés, Saint-Jean-de-Luz propose le must du marché littoral. En s'éloignant de la côte, les acheteurs peuvent dénicher des logements moins onéreux à Bassussarry, à Ciboure ou à Hendaye par exemple.

Anglet, en recul du front de mer :

Banlieue résidentielle, Anglet est une commune assez atypique quant à sa disposition. Il n'y a pas de véritable centre et le fonctionnement est plutôt celui de quartiers distincts. Au nord, ce sont plutôt des maisons ou appartements inaccessibles pour les locaux tandis que le sud reste ouvert à la primo accession.